Faenza

Jeudi 25 juillet - 21h / Église de Valloire

Un bestiaire fabuleux selon Jean de La Fontaine

par Faenza, direction Marco Horvat

Les animaux sont discrets, mais tout de même bien présents dans la musique française des XVIIe et XVIIIe siècles. Aussi nous amuserons-nous à en suivre la trace dans un safari musical destiné à les débusquer là où ils se cachent le mieux : dans les airs sérieux, les airs à boire, et les débuts de la cantate française.

Innombrables les moutons des bergères et bergers de nos airs pastoraux, innombrables les oiseaux, présents aussi les ânes autant que les chiens, qu’ils soient bergers ou chasseurs.

On voit passer aussi des chats, des abeilles, des papillons aussi bien que des bêtes féroces : lions, tigres, ours et serpents.

Pour la partie musicale de ce programme, nous puiserons abondamment dans le charmant répertoire de fables mises en musique et publiées dans les années 1730 sous le titre Fables choisies dans le goût de M. de La Fontaine.

Faenza

Créé en 1996, l’ensemble Faenza explore les musiques de l’Ancien Régime en s’attachant à en retrouver l’esprit plus que la lettre : réinventer plutôt que reconstituer. A cette fin, l’ensemble interroge le rapport entre texte parlé et texte chanté, mais aussi et surtout la relation susceptible de se nouer entre public et interprètes. En effet, le formalisme du concert traditionnel ne convient guère à des répertoires conçus dans et pour des cercles de convivialité dont nous avons perdu sinon la trace, du moins la pratique. Il s’agit donc de réinventer des conditions de jeu qui tiennent compte d’une part du contexte originel de création, et d’autre part du public devant qui nous sommes amenés à interpréter ces pièces.

De cette réflexion sont nées des formes de concert interactives au sein desquelles les interprètes créent des liens avec le public par le truchement du jeu, du récit, de la poésie ou des plaisirs de la table, en s’appuyant sur des dispositifs qui atténuent la séparation physique entre interprètes et auditeurs. C’est pourquoi Faenza réunit des musiciens capables de passer de l’instrument au chant, du chanté au parlé, et qui n’hésitent pas à dialoguer avec le public. C’est grâce à ces interprètes aux talents multiples ainsi qu’à l’échange permanent avec des chercheurs que l’ensemble se trouve en mesure de mener un travail qui fait toujours la part belle à des textes, à des musiques et à des pratiques qui méritent d’être redécouverts.

Marco Horvat

Marco Horvat aborde les musiques anciennes d’une façon singulière : après être parti quatre ans étudier la musique de l’Inde du Sud avec la chanteuse Aruna Sairam, il apprend les musiques du Moyen Âge et de la Renaissance à la Schola Cantorum de Bâle. Il intègre des ensembles tels que Gilles Binchois, Alla Francesca, La Simphonie du Marais, XVIII-21, Akademia, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, Le Poème Harmonique, Artaserse…

Marco Horvat est l’un des rares pionniers du chant auto-accompagné. Convaincu que cette pratique historique – presque oubliée aujourd’hui – est indispensable pour aborder certaines musiques du XVIIe siècle, il réunit au sein de l’ensemble Faenza des interprètes maîtrisant cette pratique. 

Programme

Oeuvres de Nicolas Chédeville, Marin Marais, François Couperin, …

Distribution

Marco Horvat, direction artistique, chant, archiluth, guitare et vièle

Sarah Lefeuvre, chant et flûte

Olga Pitarch, chant

Françoise Enock, basse de viole et colachon

Hermine Martin, flûte et musette

Ayumi Nakagawa, clavecin

Co-production : Equinoxe – Scène nationale de Chateauroux, Théâtre Louis Jouvet de Rethel, Théâtre du Château d’Eu, Château de Valençay, CIM Conservatoire intercommunal de Meuse Grand Sud.

Faenza est conventionné par la Région Grand Est et par le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Grand Est.