La Compagnie du pianoforte

Un salon musical à Paris à l’époque de Mozart

par La Compagnie du pianoforte

Jeudi 27 juillet, 21h – Eglise de Valloire

Si le premier séjour du très jeune Mozart à Paris fut un triomphe, le second, à l’âge de vingt-deux ans, fut catastrophique : Mozart ne suscita au mieux qu’un intérêt poli, et sa mère y mourut. Cependant, Mozart en a profité pour écouter la production musicale française, et certaines de ses œuvres en portent la marque.

C’est d’ailleurs à Paris qu’il a mis en forme définitive son Opus Premier de six sonates pour pianoforte avec accompagnement de violon, qui marque la naissance du duo pour violon et piano(forte).

Il n’est pas sûr qu’il ait rencontré Jean-François Tapray, qui produisit parmi les premières œuvres intéressantes du pianoforte français, souvent avec accompagnement de violon. Et il n’a pas pu rencontrer Hyacinthe Jadin, pourtant le plus mozartien des compositeurs français pour pianoforte, mort à vingt-quatre ans, après de grands succès au Concert Spirituel. Mais il a certainement eu connaissance des œuvres des compositeurs de l’école strasbourgeoise de fortepiano, la plus brillante à Paris vers 1780, avec notamment Jean-Frédéric Edelmann.

 

La Compagnie du pianoforte

 

Nicole Tamestit et Pierre Bouyer forment un duo violon et piano depuis une trentaine d’années, ce qui leur confère une homogénéité et une souplesse souvent louées. Tous deux ont eu des trajets comparables : d’abord virtuoses de leurs instruments traditionnels, ils explorent par la suite les répertoires plus anciens du violon baroque et du clavecin, avant de se centrer sur les instruments de la période dite classique, à commencer par le pianoforte. Cet instrument, apparu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, peut jouer « doux » ou « fort » grâce à ses cordes frappées avec plus ou moins de puissance ; il permet donc de varier l’intensité sonore, chose impossible avec le clavecin qui perdra ainsi la place de choix qu’il occupait dans la musique baroque.

La Compagnie du pianoforte est un ensemble à géométrie variable, pouvant prendre les formes du duo, du trio, du quatuor, d’ensembles de cinq à huit musiciens, voire plus, et peut également accueillir des participations vocales.

Nicole Tamestit

Violon

 

Passionnée de pédagogie, Nicole Tamestit choisit d’enseigner à l’École Nationale de Musique du Blanc-Mesnil, où elle dirige entre autres un atelier de violon contemporain dans le cadre de la formation professionnelle. Elle est membre de l’ensemble Kaleidocollage, qui, durant plus de dix ans, multiplie les créations d’œuvres contemporaines en Europe, au Canada et aux U.S.A.

Plus tard, son intérêt pour les instruments anciens l’amène à faire partie de La Chapelle Royale puis de l’Orchestre des Champs-Élysées sous la direction de Ph. Herreweghe. Enfin, son duo avec le fortepianiste Pierre Bouyer, qui date de 1983, s’est prolongé par la création, en 1994, de La Compagnie du pianoforte.

Pierre Bouyer

Pianoforte

 

Après des études pianistiques « classiques », Pierre Bouyer est l’un des tout premiers claviéristes français à se passionner pour le fortepiano (ou pianoforte) dont il apprend à jouer de manière autodidacte. Son travail est couronné par un prix international décerné à Paris, puis par les critiques unanimes qui saluent ses premiers enregistrements. Par la suite, de nombreux récitals et concerts de musique de chambre le font entendre en France et en Europe et viennent conforter sa réputation.

Les enregistrements de Pierre Bouyer sont très remarqués par la critique : ffff de Télérama, Choc du Monde de la Musique, CD recommandé par Classica, cinq Diapasons…

 

 

Programme

Oeuvres de Jean-François Tapray, Jean-Frédéric Edelmann, Wolfgang Amadeus Mozart et Hyacinthe Jadin.

Nicole Tamestit, violon

Pierre Bouyer, pianoforte