Proms 2023

Mozart et le chevalier de Saint-George

à Paris

par Les Folies françoises

Mardi 25 juillet – Promenade musicale *

C’est lors d’un voyage dans les capitales d’Europe que Mozart se rend pour la première fois à Paris, à l’âge de huit ans ; il éblouit la cour de France par la précocité de son génie. En décembre 1763, la famille séjourne à Versailles pour les fêtes de fin d’année. A cette occasion, Mozart compose les sonates K. 6, 7, 8 et 9, qu’il dédie à Madame Victoire de France.

Son second séjour dans la capitale française en 1778 ne se passe pas du tout comme prévu : Mozart ne trouve ni poste qui lui convienne, ni soutiens espérés. Puis sa mère, qui l’accompagnait, décède. Cette même année, il compose de brillantes variations pour clavecin sur l’air populaire de « Ah, vous dirai-je maman… ».

Tout aussi surprenante pour l’époque est la figure du chevalier de Saint-George : né en Guadeloupe d’un noble français et d’une esclave noire, il subjugue ses contemporains par la diversité de ses aptitudes, qu’elles soient artistiques ou sportives. Escrimeur redoutable, il est aussi excellent violoniste et compositeur de talent, comme en témoigne sa Sonate III pour violon et clavecin.

Les Folies françoises

L’ensemble baroque Les Folies françoises est créé en 2000 par des musiciens aux personnalités complémentaires et passionnées : le violoniste Patrick Cohën-Akenine, la claveciniste Béatrice Martin et le violoncelliste François Poly. Il se caractérise par une recherche sonore singulière et authentique dans l’interprétation des musiques baroques européennes du Siècle des Lumières.

Polymorphes, Les Folies françoises proposent des programmes en trio, en ensemble ou encore en orchestre dans lesquels sont réunis des solistes instrumentaux et vocaux talentueux. En 20 ans et quelque 500 concerts, cet ensemble baroque a su marquer la scène musicale et affirmer ses spécificités, tant par ses réalisations scéniques et concertantes que discographiques.

Depuis sa création, la transmission et le partage sont au cœur de la démarche artistique de l’ensemble et c’est avec enthousiasme qu’il va à la rencontre de tous les publics.

Patrick Cohën-Akenine

violon et direction artistique

 

© Manuel Braun

A l’issue d’études couronnées de succès (premier prix du CNSM de Paris, prix du Ministère de la Culture…), Patrick Cohën-Akenine s’impose comme un musicien incontournable de la scène baroque. Pendant plusieurs années, il est premier violon dans des ensembles aussi prestigieux que Le Concert Spirituel, Les Talents Lyriques, Les Arts Florissants…

Il est régulièrement invité à diriger des orchestres : l’Orchestre des Pays de Savoie, de l’Opéra de Rouen, de l’Escolia Superior de Música de Barcelone, du CNSM de Paris…. En 2008, avec Les Folies françoises et le Centre de Musique Baroque de Versailles, Patrick Cohën-Akenine reconstitue Les Vingt-Quatre Violons du roi.

Ayant à cœur la transmission, Patrick Cohën-Akenine est professeur de violon baroque au CRR de Versailles. Il enseigne également depuis 20 ans au CRD de Paris-Saclay.

Béatrice Martin

Clavecin

© Manuel Braun

Béatrice Martin étudie avec de grandes personnalités du clavecin : Christiane Jaccottet, Kenneth Gilbert et Christophe Rousset. Elle obtient de nombreux premiers prix avec les plus hautes distinctions et reçoit également les précieux conseils d’Huguette Dreyfus, Ton Koopman et Lars Ulrik Mortensen lors de master-classes.

Béatrice Martin est régulièrement sollicitée en récital par de nombreux festivals et structures : Théâtre du Châtelet, Cité de la Musique de Paris, Festival d’Ambronay, Festival d’Utrecht, London Festival of Baroque Music….

Reconnue pour sa pédagogie, elle enseigne au CRR de Paris, à la Julliard School de New York, à la Haute École de Musique de Genève.

© Manuel Braun

Programme

Œuvres de Mozart, Schobert, Balbastre et le chevalier de Saint-George.

Patrick Cohën-Akenine, violon et direction artistique

Béatrice Martin, clavecin

Installées à Orléans en Région Centre-Val de Loire, Les Folies françoises sont soutenues au titre de l’aide aux ensembles conventionnés par le Ministère de la Culture (DRAC Centre-Val de Loire), la Région Centre-Val de Loire et la ville d’Orléans. Sur des projets spécifiques, l’ensemble reçoit régulièrement le soutien de la Spedidam, de l’Adami, de l’Institut français, du CNM et de ses mécènes. L’ensemble est membre de la FEVIS & du syndicat Profedim.

* La promenade musicale :
deux concerts à l’église de Valloire (programmes différents), le premier à 11h et le second à 17h,
entrecoupés d’une promenade en alpage vers Poingt-Ravier, d’un déjeuner sur l’herbe avec les musiciens et d’un Libre-cours donné par Gaël de Kerret, assisté de Sylvie Aerts : Paris s’éveille