POLOGNE – Clematis_Fr

Programme
 
Le voyage de Zieleński à Venise
 
Biagio Marini (1594 – 1663)
Sonata in Ecco con tre violini
 
Mikolaj Zieleński (v. 1550 – v. 1615)
Gustate et videte
 
Alessandro Grandi (1590 – 1630)
Salve Regina
 
 
Tarquinio Merula à Varsovie
 
Adam Jarzębski (v. 1590 – 1648)
Sentinella
 
Tarquinio Merula (1595 – 1665)
Intonazione del nono tono
Favus distillans
 
Marcin Mielczewski (v. 1600 – 1651)
Canzona à 4
 
Tarquinio Merula
Su la cetra amorosa – Ciaconna
 
_______ entracte ??
 
Impressions de Pologne
 
Giovanni Picchi (v. 1571 – 1643)
Ballo alla Polacca
 
Johann Heinrich Schmelzer (v. 1620 – 1680)
Pölnische Sachpfeifen
 
 
Gdansk, port de la mer Baltique
 
Crato Büttner (1616 – 1679)
Ich suchte des Nachts
 
Carlo Farina (v. 1600 – 1639)
Pavana tertia
 
Kaspar Förster (1616 – 1673)
Vanitas Vanitatum (extrait)
 
 
L’énigmatique Szarzyński
 
Stanisław Sylwester Szarzyński (fl. 1692-1713)
Sonata à 2
Ave Regina

 
Avec la participation de Maïlys de Villoutreys, soprano
 
Ensemble Clematis
Stéphanie de Failly, violon et direction
Amandine Solano, violon
Ellie Nimeroski, violon et alto
Sarah Van Oudenhove, basse de viole
Brice Sailly, clavecin, orgue et direction

 

Pologne :
Airs et danses alla Polacca !

Mardi 28 juillet, 21h – Eglise de Valloire
 
Au XVIIe siècle, la vie musicale se développe considérablement en Pologne et les musiciens polonais s’ouvrent aux innovations du baroque italien. Ainsi Mikolaj Zieleński séjourne à Venise où il fait éditer un recueil de musique sacrée. Dès 1624, le Vénitien Tarquinio Merula est employé à la cour de Varsovie comme organiste. Marco Schacchi, à la même époque, y fait représenter des opéras et des ballets.
L’influence italienne se ressent dans les compositions des musiciens locaux comme Marcin Mielczewski, Adam Jarzębski, Sylwester Szarzyński ou Andrzej Rohaczewki et se retrouve même à Gdansk, où séjourne alors Carlo Farina, chez des compositeurs issus des communautés luthériennes, comme Crato Bütter ou Kapsar Förster. Et c’est sans doute en souvenir de ces contacts avec la musique populaire polonaise que des compositeurs italiens comme Picchi ou autrichiens comme Schmelzer composeront des danses alla Polacca, à l’imitation des cornemuses polonaises.
 

Ensemble Clematis

Clematis, la clématite, symbolise l’idéalisme et la créativité. C’est selon ces deux principes que la violoniste Stéphanie de Failly crée l’ensemble Clematis en 2001 dans le but de travailler le répertoire méconnu du XVIIe siècle. Il réunit des musiciens choisis en fonction de chaque projet, tous actifs au sein des meilleures formations baroques. Hors la Belgique, l’ensemble voyage beaucoup à l’étranger. Il aborde aussi bien le répertoire italien que des œuvres allemandes ou françaises ou fait revivre les pages oubliées de compositeurs comme Nicolaus à Kempis, Carolus Hacquart, ou encore Gioseffe Zamponi, dont l’opéra Ulisse all’isola di Circe a fait l’objet d’un travail de restitution et re-création par Clematis. L’ensemble s’intéresse au développement du répertoire du violon, d’où les enregistrements consacrés à Carlo Farina, Giovanni Battista et Tomaso Antonio Vitali dont Stéphanie de Failly a enregistré la célèbre Ciaconna. Depuis 2018, Clematis est co-dirigé par Stéphanie de Failly et Brice Sailly.
 
Stéphanie de Failly est chargée de l’initiation des violonistes de formation classique au jeu « historiquement informé » au C R de Liège et prépare des orchestres « modernes » à l’interprétation du répertoire baroque. Elle joue un violon Giovanni Battista Rogeri de 1699.
 
Brice Sailly est un continuiste recherché par tous les grands ensembles.
Il enseigne au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison.
 

Maïlys de Villoutreys est régulièrement invitée par de nombreux ensembles : Les Folies Françoises, Amarillis, La Rêveuse, Desmarest, Pygmalion pour des Cantates et Passions de Bach, les Musiciens du Louvre, Le Banquet Céleste, Die Kölner Akademie…
Son répertoire lyrique comporte les rôles de Barberina, Pamina, Amour (Orphée et Eurydice), Melia (Apollon et Hyacinthe), Clarine (Platée). De 2014 à 2017, elle est la Coquette de l’opéra baroque et contemporain La Double Coquette de Dauvergne et Pesson, joué de nombreuses fois en France et à l’étranger.
 
Andreas Hammerschmidt : Nun danket alle Gott
par l’ensemble Clematis avec la participation de la chanteuse Julie Roset (entendue à Valloire en 2018)