Le thème 2023

Le thème du Festival en 2023

Gaël de Kerret Directeur artistique du Festival Valloire baroque

PARIS 1752, fièvre au Palais Royal

1752, Paris s’éveille. Depuis la mort de Louis XIV, Paris bruisse d’un renouveau des pensées, des sciences et des Lumières alors qu’éclate la Querelle des Bouffons. L’orchestre de l’Opéra Royal de Versailles sous la direction de Stefan Plewniak nous présentera le prétexte de la querelle : ce simple petit opéra nommé La serva padrona de l’italien Pergolèse qui en 1752 détonna si fort avec la Tragédie lyrique française, certains prenant parti du côté du Roi, d’autres du côté de Marie-Antoinette. Ce n’est pas ici l’Italie contre la France qui est en jeu ; les merveilleuses Méditations pour le Carême de Marc-Antoine Charpentier par l’ensemble Les Surprises sous la direction de Louis-Noël Bestion de Camboulas ou ces Concerti di Parigi de Vivaldi encore par l’orchestre de Stefan Plewniak en illustrent la fructueuse rencontre. En revanche cette Querelle est la demande, surgie à Paris, d’une musique plus « naturelle » s’éloignant des dogmes versaillais qui se cristallisaient alors dans l’opéra. C’est donc à partir de cette période que se construisit le nouvel opéra français si célèbre au XIXème siècle et ce, grâce à Gluck venu lui aussi à Paris pour promouvoir la « grande ligne ». C’est la haute-contre Reinoud Van Mechelen avec l’ensemble a nocte temporis au complet qui viendront nous faire entendre les nouveaux opéras qui font le grand réveil parisien. C’était un devoir en effet pour les compositeurs d’aller à Paris comme le firent aussi Mozart ou Haydn, ce dont témoigne l’ensemble les Folies Françoises avec Patrick Cohen-Akenine et Béatrice Martin qui nous feront aussi connaître le « Mozart noir », le Chevalier de Saint-George, Franc-maçon de son état. Tant de nouveaux lieux parisiens dans cette deuxième partie du 18ème siècle portent des nouvelles musiques, comme par exemple l’avènement du quatuor à cordes, que nous entendrons avec Aude Lestienne et l’ensemble La Française, mais aussi le nouvel instrument que l’on appelle pianoforte que Pierre Bouyer et Nicole Tamestit mettront en lumière. Notre semaine finira en fête avec des concertos de violon et ouvertures d’opéra de tous les grands compositeurs joués à Paris comme Rameau, Mondonville, Haydn, Leclair, et ce, à l’Académie Royale de Musique ou au Concert Spirituel. Et ce sera l’ensemble Les Nouveaux Caractères sous la direction de Sébastien d’Hérin qui officiera devant nous. Pendant ce temps, à Saint-Michel-de-Maurienne, l’ensemble La Bellezza de Solène Riot et l’artiste Slamouraï attireront un nouveau public par une musique accompagnée de poèmes « slammés ».

Gaël de Kerret

Gaël de Kerret a parcouru l’Europe des festivals et des radios pendant une quinzaine d’années et a enregistré une vingtaine de disques en abordant la musique ancienne (A Sei Voci, Clemencic Consort) comme la musique contemporaine (2E2M, TM+, Groupe Vocal de France, Orchestre Philarmonique de Radio-France…).

Il a chanté entre autres à La Fenice de Venise, au Musikverein de Vienne, au festival d’Utrecht, de Montpellier, à Radio-France, à l’IRCAM ou dans le cadre de l’Union européenne des Radios avec des chefs comme Philippe Herreweghe, Jean-Claude Pennetier ou Jean-Claude Malgoire. Il a aussi dirigé, en 1997, le Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris pour une dizaine de concerts et un enregistrement. Il est le Directeur de l’Ensemble baroque Les Cours Européennes, et, depuis sa création, Directeur Artistique du Festival Valloire baroque. Passionné par la pédagogie, il est Professeur hors classe et enseigne pour des chanteurs en cours de professionnalisation au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles. Retrouvez ici les libre-cours donnés par Gaël de Kerret lors du Festival depuis sa création.