Le Festival

pic_dominiqueDominique Longchamp

Dominique Longchamp a réuni en 2009 l’équipe fondatrice du Festival Valloire baroque dont il avait conçu les bases essentielles.

Cette équipe s’est rapidement muée en équipe organisatrice, forte d’une vingtaine de personnes Valloirinches et « adoptives » conduites, depuis le 1er Festival en 2010 et année après année, par l’initiateur du projet.

Aujourd’hui, portés par la cohésion et l’harmonie de leur équipe, les organisateurs maîtrisent de plus en plus « leur métier » et c’est avec fierté qu’ils reçoivent des témoignages d’encouragement, tel celui d’un élu savoyard : « Je vous félicite pour la qualité du travail effectué pour promouvoir cette belle manifestation qui fait honneur à la programmation culturelle de la Maurienne  ».

Le Festival

Dominique Longchamp

Président des Amis du Festival Valloire baroque

Edito 2018

Bienvenue à vous, chers festivaliers fidèles et cher public occasionnel !

Avec Monteverdi, le génial éclaireur de la période baroque, les voix seront au cœur de notre 9ème édition du festival.
Le programme rassemblera les interprètes les plus reconnus du grand compositeur.
Cette année encore, notre Directeur Artistique Gaël de Kerret nous propose « des musiciens de très grande qualité au service d’un thème cohérent », fidèle au principe qu’il a suivi depuis le 1er jour, faut-il le rappeler ?
Sans empiéter sur l’éditorial de Gaël qui met très justement l’accent sur nos invités de marque parmi lesquels figurent Leonardo García Alarcón ou Jean Tubéry, je voudrais souligner deux faits singuliers du programme 2018.
D’une part, nous invitons Bernard Klasen, Professeur à l’Institut Catholique de Paris, expert – entre autres – en architecture sacrée ; son libre-cours intitulé « Architecture baroque, le ciel s’ouvre ! » nous initiera à la signification de cette foisonnante architecture… une plongée dans l’esprit du baroque dans le contexte de Valloire où, ça saute aux yeux, musique et architecture résonnent avec force!
D’autre part, un Nouveau Magnificat sera créé dans l’église Notre Dame de l’Assomption – tout un symbole – par l’ensemble Solistes XXI. La composition a été commandée par le festival à Jean-Paul Holstein à qui je laisse le soin de présenter son œuvre : « Cette création […] s’inspire du « Magnificat à 6 Voix » de Monteverdi en lui empruntant des éléments musicaux reconnaissables mais habillés de sonorités nouvelles […] pour faire la démonstration que l’expression de la transcendance spirituelle est l’un des secrets […] de l’émotion musicale. » Par cette initiative, qui fait dialoguer musique ancienne et création contemporaine, le festival démontre à nouveau sa vivacité.

Dans un autre registre, je voudrais partager avec vous notre vision pour le festival.
Il doit être un « passeur » de culture musicale, culture qui s’incarne dans le plaisir de l’écoute et culture qui fait naître apaisement et sagesse. Il y a là une sorte de mission qui est la raison d’être du festival et qui motive ses organisateurs !
Dans l’environnement qui est le nôtre, le festival doit aussi être un contributeur économique pour le territoire et un vecteur de son rayonnement.
Comment concevoir un tel projet si ce n’est dans la durée ? La pérennité, rêve de bien des entreprises, ne s’obtiendra que si notre organisation s’étoffe pour qu’elle ne repose pas uniquement sur une équipe bénévole, pourtant très enthousiaste et dévouée, mais sur un « attelage » bénévoles-professionnels. Construire cette organisation est devenu une véritable obsession, avec la préoccupation de ses aspects financiers… Un vaste sujet pour lequel toutes les idées seront bienvenues !