La Saison

pic_gaelGaël de Kerret

Il a parcouru l’Europe des festivals et des radios pendant une quinzaine d’années et enregistré une vingtaine de disques en abordant la musique ancienne : A Sei Voci et Clemencic Consort, et contemporaine : 2E2M, TM+, Groupe Vocal de France, Orchestre Philharmonique de Radio-France
Il chanta entre autres à La Fenice de Venise, au Musikverein de Vienne, aux festivals d’Utrecht, de Montpellier, de nombreuses fois à Radio-France, à l’IRCAM ou dans le cadre de l’Union européenne des Radios avec des chefs comme Philippe Herreweghe, Jean-Claude Pennetier, Peter Eötvös ou Jean-Claude Malgoire.
Il dirigea aussi, en 1997, le Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris pour une dizaine de concerts et un enregistrement.
Il est le Directeur de l’Ensemble baroque Les Cours Européennes, et, depuis sa création, Directeur Artistique du Festival Valloire baroque.
Passionné par la pédagogie, il est Professeur hors classe et enseigne pour des chanteurs en cours de professionnalisation au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles.

La Saison 2017

Gaël de Kerret
Directeur Artistique du Festival Valloire baroque

Malices & Curiosités
La Renaissance était le temps de la sérénité néoplatonicienne, de ses rapports aux dieux, et par suite, de l’équilibre harmonique de sa polyphonie. Le baroque est le temps où l’homme regarde comme pour la première fois le monde tel qu’il lui apparaît. Diego Ares nous passionnera (son CD est une 1ère mondiale) avec ces œuvres du Padre Soler exprimant l’étrangeté de notre destin par ses absolues surprises tonales. En effet, depuis que Copernic a rejeté les dieux dans la transcendance et placé la terre parmi les autres planètes, l’homme se demande qui il est et quel est ce monde dans lequel il vit. Quitte à en rire : il pourra se moquer de lui-même à la façon des pastiches et détournements de sens que nous démontre l’ensemble La Rêveuse de Benjamin Perrot. L’ensemble Les Cyclopes de Bibiane Lapointe et Thierry Maeder le sait si bien qu’il nous délivrera méditations existentielles, bataille, dérisions malicieuses et imitations zoologiques ! Le développement de la curiosité se trouve aussi dans les inventions de l’époque comme ce clavecin-luth (nous avons fait venir le seul exemplaire en dépôt au Conservatoire de Paris) inventé par Bach et joué par Olivier Baumont qui semble sortir d’un de ces cabinets de curiosités comme il en existait à l’époque, préfiguration de nos musées. Avec lui et Christine Plubeau, on assistera même à une opération chirurgicale ! L’homme baroque va aussi voyager et à la façon des Musiciens de Saint Julien de François Lazarevitch allant à la rencontre de la musique baroque irlandaise, ou à la façon de Stradivaria de Daniel Cuiller qui par le truchement des danses, fait rencontrer le Paris baroque et la musique bretonne. Enfin, les célèbres « Quatre Saisons » jouées par Gli Incogniti d’Amandine Beyer sont une description des cycles du monde tel qu’il est, Vivaldi se réjouissant de cette condition humaine incarnée dans un heureux monde vénitien ! Bien sûr tous les musiciens qui savent rire d’eux-mêmes ont tous été primés quinze fois !

Gaël de Kerret

Texte de la présentation faite par Gaël de Kerret à l’occasion de la Conférence de presse du 17 mars 2017 : Malices_Curiosités_Présentation_CdP_GdK_20170317