Le Festival

pic_dominiqueDominique Longchamp

Dominique Longchamp a réuni en 2009 l’équipe fondatrice du Festival Valloire baroque dont il avait conçu les bases essentielles.

Cette équipe s’est rapidement muée en équipe organisatrice, forte d’une vingtaine de personnes Valloirinches et « adoptives » conduites, depuis le 1er Festival en 2010 et année après année, par l’initiateur du projet.

Aujourd’hui, portés par la cohésion et l’harmonie de leur équipe, les organisateurs maîtrisent de plus en plus « leur métier » et c’est avec fierté qu’ils reçoivent des témoignages d’encouragement, tel celui d’un élu savoyard : « Je vous félicite pour la qualité du travail effectué pour promouvoir cette belle manifestation qui fait honneur à la programmation culturelle de la Maurienne  ».

Le Festival

Dominique Longchamp

Président des Amis du Festival Valloire baroque

Les festivals se suivent et ne ressemblent pas.

De la première saison en 2010 jusqu’à 2014, les saisons se sont progressivement transformées :

-       le nombre des concerts est passé de 7 à 10, voire à 16 si on inclut la Traverse

-       la densité des événements a évolué de 9 sur 8 jours à 19 sur 10 jours

-       la proposition d’un grand concert le samedi à mi-festival est apparue dès 2011

-       le choix de donner un concert à Saint-Michel-de-Maurienne en 2012

-       la Traverse (le Off) a été créé en 2014, procurant une ouverture pour les jeunes ensembles Rhône-Alpins

-       la Scierie de Benoît a été « investie » en 2014 comme salle de concerts insolite !

Quel chemin parcouru !

 

Mais voilà, le contexte budgétaire s’est récemment resserré et nous avons cependant tenu à préserver la haute qualité musicale qui a fait aimer le festival, tout comme son caractère convivial et ses bénévoles si professionnels !

Pour nous comme pour nos soutiens financiers, les actions culturelles doivent contribuer au « développement durable », développement économique inclus, ce qui vaut autant pour nos soutiens institutionnels que pour les mécènes du secteur privé. Il nous faut donc penser « en bons gestionnaires » et agir pour accroître la fréquentation du festival.

 

Pour autant, le festival compte bien privilégier une offre exigeante et de grande qualité en s’inspirant de la devise de Jacques Chancel : « Il ne faut pas donner au téléspectateur ce qu’il aime mais ce qu’il pourrait aimer ».

Nous nous situons bien dans cet esprit en proposant cette année un programme napolitain riche de compositeurs « vedettes » ainsi que d’autres « à découvrir », servis par les meilleurs interprètes et, pour les libre-cours, des conférenciers prestigieux.

Je ne doute pas que le cru 2015 plaira !