La Saison

pic_gaelGaël de Kerret

Il a parcouru l’Europe des festivals et des radios pendant une quinzaine d’années et enregistré une vingtaine de disques en abordant la musique ancienne (A Sei Voci et Clemencic Consort) et contemporaine (2E2M, TM+, Groupe Vocal de France, Orchestre Philarmonique de Radio-France…). Il chanta entre autres à la Fenice de Venise, au Musikverein de Vienne, au festival d’Utrecht, de Montpellier, de nombreuses fois à Radio-France, à l’IRCAM ou dans le cadre de l’Union européenne des Radios avec des chefs comme Philippe Herreweghe, Jean-Claude Pennetier, Peter Eötvös ou Jean-Claude Malgoire. Il dirigea aussi en 1997 le Chœur d’enfants de l’Opéra de Paris pour une dizaine de concerts et un enregistrement. Il est le Directeur de l’Ensemble baroque Les Cours Européennes, et, depuis la création, Directeur Artistique du festival de musique « Valloire baroque ». Passionné par la pédagogie, il est Professeur hors classe et enseigne pour des chanteurs en cours de professionnalisation au Conservatoire à Rayonnement Régional de Versailles.

La Saison

Gaël de Kerret

Directeur Artistique du Festival Valloire baroque

On ne peut trouver musique plus originale dans son élaboration que cette musique ibérique. A cause – osons-le dire – de diverses invasions et conquêtes, la musique occidentale chrétienne s’est croisée de celles des maures et des sépharades. Avec Emmanuel Bardon, nous constaterons ce phénomène étonnant s’il en fût.

Après que le « siècle d’or » religieux du XVIème siècle eût passé, l’Empire espagnol nous fait voir ses richesses aux siècles baroques: musique sacrée triomphante aux Canaries avec l’ensemble de Paolo da Col, et Bruno Procopio faisant le pont entre Lisbonne et Rio de Janeiro exprimant le rayonnement de la royauté portugaise.

La Fenice de Jean Tubery fera le pèlerinage de Strasbourg à Compostelle en nous donnant à  entendre aussi de la musique française en espagnol! Chacun de nous enfin arrivé à Compostelle – le champ de l’étoile – pourra se tenir dans l’intimité de son cœur pour écouter Raquel Andueza en langue castillane, ou l’ensemble Il Festino et son drôle de compositeur qu’est José Marìn. La guitare et la vihuela du  grand José Miguel Moreno parleront plus près encore de ces musiques sud-américaine et espagnole qui ont tant vécu.

Et bien sûr, je vous laisse apprécier les surprises de La Traverse et particulièrement de la musique de Maryline Berghen  (« Valloire enchanté ») à laquelle je vous invite à participer!