DIEGO ARES_Récital P. Soler_Fr

DIEGO ARES_DP

Programme
 
11h Concert promenade
P. Fr. Antonio Soler (1729 – 1783)
 
SONATES
Ré majeur (SR. 74, Andante)
Sol mineur (JN. 11)
Do mineur (SR. 18, Cantabile)
Sol mineur (SR. 81, Prestissimo)
Ré majeur (SR. 37)
Si mineur (SR. 10, Allegro)
 
12h Promenade à la Chapelle Saint Pierre
13h Déjeuner sur l’herbe avec les musiciens
14h30 Libre cours à Gaël de Kerret
16h Retour à l’église de Valloire
 
17h Concert promenade – Eglise de Valloire
P. Fr. Antonio Soler (1729 – 1783)
 
SONATES
Mi b majeur (SR. 96, Pastoral)
Fa majeur (SR. 89, Allegro)
Do mineur (SR. 100, Adagio-Largo)
Ré majeur (SR. 84, Allegro)
Mi b majeur (SR. 105, Adagio)
 
PRELUDE & FANDANGO
 
Diego Ares, clavecin

Récital Padre Soler
« el Diablo vestido de fraile »


 
Jeudi 27 juillet – Promenade musicale
Le Diable habillé en moine
Les clavecinistes italiens et espagnols du XVIIIe siècle partageaient le même goût pour la composition de sonates par paires dans la même tonalité. Soler, surnommé le « Diable habillé en moine » pour sa virtuosité, ne fait pas exception. Cependant, rares étaient les manuscrits où les sonates du virtuose se présentaient en couple et l’espoir était mince de restituer les paires manquantes. Du moins jusqu’à la découverte en 2011 du manuscrit de la Morgan Library : le copiste y avait respecté scrupuleusement les groupes de deux, appelant la deuxième colilla. Nombre de sonates inédites ou simplement « abandonnées » purent ainsi être de nouveau réunies en un couple harmonieux.
Soler s’attacha par ailleurs à explorer la modulation en décrivant la façon de passer d’une tonalité à n’importe quelle autre dans l’espace le plus restreint. Ces exercices qu’il nomme « préludes » nous donnent une idée des veillées au cours desquelles frère Antonio, dans l’intimité de sa cellule, improvisait au clavecin pour un public de choix.
 

Diego Ares

Né à Vigo en 1983, Diego Ares commence très tôt sa formation de claveciniste. A 18 ans, il part pour la Hollande poursuivre ses études au Conservatoire Royal de La Haye, et à Amsterdam auprès de Richard Egarr. Entre 2004 et 2010, il suit sa formation à la Schola Cantorum Basiliensis avec Jesper B. Christensen et Jörg-Andreas Bötticher. Ses rencontres, en 2004, avec le facteur de clavecins Joel Katzman et, en 2009, avec le pianiste et pédagogue hongrois Laszlo Gyimesi l’ont aidé dans sa recherche esthétique et technique.
Diego Ares donne de nombreux concerts comme soliste en Espagne (Festival de Grenade avec l’Orchestre de Chambre de Grenade, Festival de Santander, Quincena Musical de San Sebastian, Festival FEMAS de Séville, Fondation Juan March de Madrid, Théâtre Conde Duque de Madrid…), en France (Fondation Royaumont, Festival des cordes sensibles, Cycle Wanda Landowska à Saint-Leu-la-Forêt), en Suisse (avec l’Orchestre de Chambre de Genève au Victoria Hall de Genève, Festival de Saint-Gall, Festival CIS de Bâle), en Allemagne (Hôtel de Ville de Berlin, concert de présentation de l’exposition Wanda Landowska au musée des instruments de musique de Berlin, Bonn, Kassel), en Hollande (festival d’Utrecht, tournée avec les Variations Goldberg), en Norvège (Oslo Chamber Music Festival 2013) et au Japon (Tokyo Opera City Hall, Sumida Triphony Hall).
La critique internationale salue la qualité d’interprétation de Diego Ares en concert, mais aussi en disque. En 2006, il enregistre le « Fandango » du P. Fr. Antonio Soler et deux « Concertos pour clavecin » de J. S. Bach avec l’Orchestre de Chambre de l’Ile de Minorque dirigé par Farran James (Columna Música). En 2010 et 2012, ses enregistrements consacrés à Domenico Scarlatti et Soler (Pan Classics) sont récompensés par le Diapason d’Or. En 2015 paraît, chez Harmonia Mundi, l’enregistrement d’une trentaine de sonates inédites de Soler qu’il a redécouvertes.
 
Lien vers le site de Diego Ares : www.diegoares.com
 

Libre cours à Gaël de Kerret :
« Pourquoi le baroque est-il advenu ? »


Gaël de Kerret est le directeur artistique du Festival Valloire baroque

En savoir plus…